Journées du Patrimoine : Maison du Peuple

Auvelais, rue de Falisolle x rue du Comté– 08/09/2019

Auvelais, située à mi-chemin entre Namur et Charleroi, avait une population industrielle composée de mineurs qui travaillaient dans les charbonnages des environs, d’ouvriers occupés dans les glaceries et les ateliers métallurgiques de la région.

En 1893, les chevaliers du travail « L’Union des Mineurs d’Auvelais » avaient créé sous forme d’une coopérative, une petite Maison du Peuple où ils vendaient des farines et des graines, où ils débitaient des boissons. Cette coopérative ne vécut guère, les membres se dispersèrent, le bâtiment qu’ils avaient construit allait être mis en vente publique. En 1897, Gustave Defnet, député socialiste de l’arrondissement de Namur qui avait été élu en 1894, et quelques ouvriers socialistes fondèrent « La coopérative des ouvriers de la Basse-Sambre » et décidèrent de l’achat de la Maison du Peuple. Ils acquirent également le terrain situé derrière la Maison du Peuple et y firent construire la boulangerie.

La coopérative prit par la suite la dénomination « La Maison du Peuple d’Auvelais ». En janvier 1902, deux journées célébrèrent les nouveaux aménagements de la Maison du Peuple et la construction d’une écurie pour 13 chevaux et d’une remise pour 11 voitures. La coopérative d’Auvelais, une des plus prospères de la province de Namur, distribuait le pain dans une trentaine de commune de la région.

En 1906, elle ouvrit plusieurs succursales dans la région, à Falisolle, à Arsimont … et construisit une Maison du Peuple à Tamines.

La coopérative soutenait un journal local hebdomadaire « En avant » qui menait une lutte sur le plan coopératif, syndical et politique.

Pendant la guerre 14-18, la Maison du Peuple d’Auvelais fut pillée et fort endommagée par les soldats allemands, celle de Tamines fut complétement détruite par les bombardements. Une nouvelle Maison du Peuple fut construite à Tamines en 1924.

La Maison du Peuple d’Auvelais fut agrandie, restaurée et réaménagée en 1923. C’est de cette époque que date la façade enduite, auparavant la façade était en brique apparentes. La société coopérative fut reprise par l’Union des coopérateurs de Charleroi. Actuellement, les bâtiments appartiennent à la commune de Sambreville et hébergent la Maison de l’Emploi et la Maison de la Laïcité.

Auvelais, rue de Falisolle x rue du Comté– 08/09/2019

L’histoire de la Maison du Peuple d’Auvelais a été présentée au travers d’une exposition de Christian Bouchat. Elle a été réaffectée en Maison de l’Emploi et en Maison de la Laïcité. Son affectation devrait encore évoluer prochainement.


Afficher une carte plus grande

Journées du Patrimoine : charbonnage Sainte-Barbe

Tamines, rue Sainte-Barbe – 07/09/2019

Pour les Journées du Patrimoine à Sambreville, la réaffectation du charbonnage Sainte-Barbe a été mise en valeur. Dans le bâtiment de l’ancienne piscine de l’ART, une exposition retraçait l’histoire du charbonnage Sainte-Barbe et le passé industriel de Tamines. Des minéraux et fossiles du Centre Spéléologique Basse-Sambre étaient aussi présentés au public. Un repas aux parfums italiens nous a rappelé l’arrivée de la main d’œuvre de la péninsule pour travailler dans les charbonnages.


Afficher une carte plus grande

L’Espace Poulain, trésor de nature

Classée Natura 2000 et considérée comme un site de grand intérêt biologique (SGIB), cette réserve naturelle est une des rares zones humides à subsister dans une région très industrialisée. Bordée de saules elle est constituée de prairies humides et prairies de fauche, une pièce d’eau stagnante. Cette mare est ceinturée par une roselière, formée de joncs, massettes et phragmites.

Selon les saisons, l’Espace Poulain sert de refuge pour des oiseaux aussi bien nicheurs (rousserolle, grèbe…) que migrateurs (sarcelle d’hiver, bécassine des marais…) mais également pour bon nombre d’animaux aquatiques, tels les tritons ou les libellules. Ces derniers sont de bons indicateurs de la qualité de l’environnement. On y trouve également des plantes variées et parfois rares : scirpe des marais, joncs divers, glycérie, petite lentille d’eau… Dans l’objectif de sensibiliser le grand public à la protection de la nature, un rucher, une petite mare didactique et un observatoire y ont été installés.

Le saviez-vous ? Le site est aussi appelé « Les Pachis » (prairies en wallon) ou « Marais de Tamines ». Sa superficie est de 7 hectares. Il est situé à 85 mères d’altitude. Jadis, cet endroit était une immense zone de prairies. Les parties aujourd’hui sous eau sont dues à des affaissements de terrain récents, causés par des anciennes galeries de mines.

Pourquoi l’Espace « Poulain » ? Cet espace naturel porte le nom de Jean Poulain, député-bourgmestre honoraire, président-fondateur de l’asbl IDEF (Institut pour le Développement de l’Enfance et de la Famille), qui fut un fervent défenseur de la biodiversité dans sa région natale.

(Texte du panneau didactique affiché à l’entrée du site)

10 ans de l’Espace Nature Jean Poulain

A l’occasion des Journées du Patrimoine, les 10 ans de l’Espace Nature Jean Poulain ont été fêtés. En effet, c’est en avril 2008 😊, que Jean Poulain devint le président-fondateur de l’IDEF, asbl qui gère entre-autres le Lac de Bambois à Fosses et l’Espace Jean Poulain à Sambreville. Grace a cette ouverture exceptionnelle le public a pu découvrir : le site accompagné d’un guide nature, les ruches du projet BEE guidé d’un apiculteur, une unité de compostage, la permaculture, les nouveaux panneaux didactiques. Le Comité du jumelage avec Nuits Saint-Georges, la brasserie du Terril et des élèves du Conservatoire « Lucien Robert » ont donné un air festif à l’événement.

Tamines, rue des Pachis – 07/09/2019


Afficher une carte plus grande

Que reste-t-il du passé minier en Belgique ?

Velaine-sur-Sambre, moulin des Golettes – 30/08/2019

Ornella Mazza et Julien Wallemacq exposent au moulin des Golettes. Julien a effectué un inventaire des vestiges miniers en Belgique et en a fait un reportage photographique. Photographies originales puisque chaque image présentée est une juxtaposition de deux prises de vue, technique surprenante à découvrir. Ornella a complété les clichés par des textes évoquant la vie des mineurs. En lisant un texte sur la « cage », dans ma tête à retenti le vacarme d’une descente vers le fond ! Exposition ouverte le week-end jusqu’au 22 septembre 2019


Afficher une carte plus grande

La Flamme du Souvenir à Auvelais

Auvelais, rue du Cimetière des Français Phare Breton – 18/08/2019

La Flamme du Souvenir de l’Arc de Triomphe de Paris s’est allumée au pied du Phare Breton à Auvelais. A l’initiative du Comité Royal du Souvenir de Le Roux, la flamme a réalisé un périple en Basse-Sambre. Elle a été prélevée à Paris le 16 août lors du ravivage de 18h30. Ce 18 août en matinée, elle a été transmise au cimetière de la Belle/Motte à Aiseau/Le Roux. Le 18 août après-midi, elle a honoré de sa présence la commémoration du 105ème anniversaire de la bataille de la Sambre au Cimetière Militaire Français d‘Auvelais (Phare Breton).

« Afin d’éviter que le tombeau du Soldat inconnu ne sombre dans l’oubli, le journaliste Gabriel Boissy suggère en 1923 qu’une Flamme du Souvenir veille nuit et jour sur la tombe sacrée. Le 11 novembre 1923, la Flamme est allumée par André Maginot, alors ministre de la Guerre. Depuis cette date, la Flamme ne s’est jamais éteinte et chaque soir, à 18h30 sous l’Arc de Triomphe, une cérémonie solennelle de ravivage y est organisée. » extrait du site La Flamme sous l’Arc de Triomphe.


Afficher une carte plus grande